28 Rue Alphonse Mercier 59000 LILLE - Tél: 03 20 54 96 75

Edito 17 - 18

***

 

« Hop là ! Nous vivons ! »*

Cela fait belle lurette qu’on nous embrume l’avenir, qu’on nous accable de soupirs d’impuissance, qu’on s’emploie à nous décider à l’incertitude ; le tout étayé de très rationnels bilans et perspectives d’experts – connaisseurs en tout et responsables de rien. Bon ! Il nous faut pourtant respirer, pas plus tard qu’aujourd’hui avoir affaire au vivant, aux vivants, là, maintenant.

La Verrière, scène d’art et d’essai théâtrale, « petite épicerie d’art frais »*, n’est qu’un petit bout du monde, encore peu ou prou soutenu qui ne tient essentiellement que par le vouloir créer, partager, échanger d’une petite équipe, grande de ses rencontres, de ses tentatives, de ses fidélités. Petit bout du monde, certes – mais le monde est ainsi fait de petits bouts du monde.

Donc, nous embarquons pour une saison nouvelle aux confins de l’inconnu (2019), après quoi nous ferons l’impossible pour que la Verrière, mise à flot il y a plus de 25 ans par notre compagnie, profite encore aux artistes, publics, chercheurs, associations, etc… sans céder aux sirènes de la fatalité du tout management, de l’utilitarisme à tous crins, j’en passe et… des pires.

Le théâtre c’est toujours maintenant, et c’est maintenant qu’il s’agit de vivre ; créer, faire entendre de quoi est faite notre vie, pas plus tard qu’aujourd’hui. Nous ne nous laisserons pas persuader que l’art, la vie, le monde, se réduisent à n’être qu’une chose.

Donc Résistance – encore ! Avec vous – toujours !

D.S (juillet 2017)

*Œuvre d’Ernst Toller

* Citation Gérard Paris-Clavel

« Comment persuade-t-on ? Qui veut-on persuader ? Pourquoi, au nom de quel intérêt persuade-t-on ? Qui sont les maîtres des perceptions ? D’où viennent passivité, crédulité, respect des jugements persuadés ?

Paul NIZAN, Les Chiens de Garde, 1932 (Agone)