28 Rue Alphonse Mercier 59000 LILLE - Tél: 03 20 54 96 75

Zone Théâtrale À Défendre !

ZTAD - Zone Théâtrale à Défendre

Zone Théâtrale À Défendre !

 

La Verrière en danger de fermeture !

 

Spectateurs/trices, vous êtes aussi ACTEURS/TRICES de notre combat pour que le spectacle VIVANT le reste !

Vous êtes les moyens et les fins de notre combat. Venir aux spectacles – c’est aussi agir pour nous soutenir !

+ infos

_____________________________________________________________________

mercredi 28 mars 2018

Les choses bougent !!

Grâce à la forte mobilisation de ce lundi 26 mars, grâce au soutien des camarades du spectacle vivant et d’ailleurs, aux spectateurs-trices, aux  militants-tes, à la presse, nous avons été reçu cet après-midi par Madame  Martine Aubry en Mairie de Lille. Elle nous a assuré de son soutien pour l’année 2018 et confirmé l’attribution de l’intégralité de notre subvention. Elle reste attentive et bienveillante quant à notre nouveau projet en 2019 qui reste toujours d’actualité et elle statuera sur ce dit projet quand nous lui enverrons un programme détaillé sur lequel nous travaillons d’arrache-pied.

Ceci-dit le combat continue…nous gardons donc l’option d’une pétition et la création d’un comité de soutien. Nous vous tenons informé-es !

A vous tous-toutes, un grand MERCI !!!

L’équipe de la Découverte à la Verrière.

_____________________________________________________________

jeudi 15 mars 2018

théâtre

LA VERRIÈRE : SALLE EN DANGER

4c627c71ea152583d81bc7005e63bc83b6b9de0f
Installé dans la rue Alphonse Mercier depuis que le théâtre de la Découverte y a posé ses valises en 1992 pour créer le lieu, le théâtre de la Verrière se voit aujourd'hui fragilisé et pourrait bien ne pas voir la fin de l'année 2018.

Jalon de la vie culturelle et théâtrale lilloise, la Verrière, si elle fût d'abord l'écrin du théâtre de la Découverte de Dominique Sarrazin, constitue aussi et surtout un espace d'accueil, une terre d'échange forte entre les compagnies de la Région (et d'ailleurs) et un public curieux, renouvelé et très mélangé. Aujourd'hui cependant, malgré les innombrables représentations qui se sont tenues dans un lieu privé (dont le bail court jusqu'en 2021), toujours ouvert à tous les artistes et curieux de toutes les disciplines et expériences, espace rare installé au cœur de la ville qui a offert à bien des compagnies une visibilité indispensable... sans jamais cesser de faire preuve d'un engagement citoyen qui infusait parfois les créations de la Découverte, la discrète salle pourrait bien ne pas voir l'été.

Comme souvent, l'écheveau des responsabilités se fait confus... et sans doute partagé, mais le constat demeure : faute d'une réaction rapide des financeurs institutionnels du lieu, la Verrière pourrait bientôt ne plus accueillir de public. Si Dominique Sarrazin ne fait pas mystère de son intention de passer la main, pas plus que des difficultés et des désaccords qui ont gangrené la relation tissée avec l'équipe du Spoutnik Theater pressentie pour prendre le relais des membres de la Découverte (qui, comme dans bien des petites structures, assurent tous les postes largement au-delà de leur travail purement « artistique »), l'incompréhension et l'inquiétude dominent cependant chez les deux salariés et les intermittents de la compagnie. En janvier, la Ville de Lille n'a pas voté l'habituelle subvention pour en repousser la discussion au mois d'avril et un même son de cloche retentit du côté de la Région qui semble ne vouloir se pencher sur la question qu'à l'aube de l'été. En dépit du soutien du département du Nord qui a permis d'assurer les premières semaines de l'année en abondant dès le début d'année 50% du montant de sa subvention, les fonds restent cependant insuffisants pour maintenir ouverte la structure en l'état.

Les raisons de ces retards de décision se font cependant obscures. Officiellement, le désaccord entre Spoutnik Theater et la Découverte ayant donné lieu à la présentation de deux projets concurrents pour le lieu, les financeurs temporisent pour y voir plus clair. Un jeu dangereux qui pourrait bien pousser la Verrière à mettre la clef sous la porte... ce qui pourrait être l'effet attendu mais non avoué de la manœuvre, laissant le champ libre à un nouveau projet pour le lieu. De cela, l'équipe – Dominique Sarrazin en tête - ne veut pas entendre parler, non par fierté personnelle mais parce qu'elle entend voir durer l'esprit que la Découverte et ses membres ont insufflé au lieu : celui d'une ouverture artistique rare doublée d'une curiosité pour les questions qui traversent le monde et nos sociétés contemporaines. Car plus qu'un lieu de théâtre la Verrière s'est construite comme un lieu de débat, d'ouverture et d'échanges (autant de notions forcément éloignées de toute notion de rentabilité et qui nécessitent donc l'intelligent appui de la subvention publique pour exister), ce qu'elle est plus que jamais. Il serait dommage que de tels espaces, plus essentiels que jamais, ne soient plus – sous une forme ou une autre – défendus par les financeurs du territoire. La sortie de crise est à portée de discussion, espérons pour tout le monde que celle-ci intervienne rapidement. 

Publié le 15/03/2018 Auteur : Guillaume B.

La Verrière     28 rue Alphonse Mercier à Lille      www.theatre-verriere-decouverte.org  Tél.03.20.54.96.75

_______________________________________________________________________________________

09 mars 2018

A lire aussi :

Lien vers l'article de Liberté Hebdo 59 du 09 mars 2018 - signé par Paul Kros.

 ______________________________________________________

VDN  Lille  - jeudi 1 mars 2018

Le théâtre de la Découverte au bord du dépôt de bilan

« Si on veut la mort de ce théâtre, qu’on nous le dise clairement ! » C’est le cri du cœur de Dominique Sarrazin, directeur de la Découverte. La compagnie, fondée en 1992, se sent poussée vers la sortie par les pouvoirs publics qui auraient, selon elle, retardé leurs subventions cette année. Par manque de visibilité.

Angélique Da Silva Dubuis (Texte) Et Stéphane Mortagne (Photo) | 01/03/2018

_

Dominique Sarrazin, fondateur de la compagnie La Découverte, a adressé une longue lettre à Martine Aubry, maire de Lille, et Xavier Bertrand, président de la Région. PHOTO STEPHANE MORTAGNE

1     L’histoire d’une compagnie pionnière

C’est en 1992 que la compagnie de théâtre la Découverte, emmenée depuis une dizaine d’années par Dominique Sarrazin, investit ce lieu de la rue Alphonse-Mercier. La Verrière était alors occupée par les Ateliers du Nord, une fabrique de décors qui cherchait plus grand. C’est à titre privé que la compagnie de théâtre reprend le bail de cet atelier (il court jusqu’en 2021) pour en faire son lieu de création et d’éducation populaire. Fidèle aux compagnies régionales et au théâtre contemporain, la salle attire 7 000 spectateurs en moyenne chaque année. Partenaire de Cité Philo, le théâtre travaille également avec les établissements scolaires, les associations et le monde hospitalier. Et, l’équipe ne s’en cache pas : «  La Verrière a toujours été un lieu de réflexion politique sur le monde qui nous entoure  ».

2    300 000 euros pour faire tourner la maison

Vingt-cinq ans après sa création, l’avenir du théâtre lillois se compterait en jours. Si l’équipe est aussi pessimiste, ce serait en raison d’un retard de subventions. Budget de fonctionnement de la structure : 300 000 euros. Rien de délirant. Il couvre pour un tiers le loyer et les charges courantes (électricité, chauffage…). La compagnie emploie deux salariés à temps plein et plusieurs intermittents. La Région est le plus gros financeur du théâtre devant la ville et le Département. Mais pour la première fois cette année, la compagnie s’est mise en cessation de paiement faute de visibilité sur sa trésorerie. «  Nous avons appris que le vote de la subvention municipale était repoussé à avril et celui de la Région reporté à mai-juin  », explique Catherine Gilleron, comédienne. Autre écueil : la compagnie Sputnik Theater, à qui l’équipe devait passer le relais à l’horizon 2019, s’est finalement retirée du projet de refondation. D’où l’imbroglio.

3     Un théâtre à l’ancienne qui veut « garder son âme »

La compagnie a présenté son nouveau projet aux institutions le 13 février. Un projet axé sur des résidences artistiques. «  Depuis, nous sommes sur le plongeoir au-dessus d’une piscine vide  », indique Dominique Sarrazin. Un directeur, sur le départ, qui regrette certaines caricatures. «  J’aimerais que les gens qui travaillent ici et qui fréquentent ce lieu soient respectés. Si l’on veut en finir avec tout ça : vieille compagnie, vieille équipe, vieux principes, vieux matériel… que cela soit énoncé clairement !  » Il craint que les institutions «  profitent de la situation  » pour pousser l’équipe historique vers la sortie. À une époque où les structures culturelles doivent trouver un modèle économique pour pallier la baisse des subventions, la compagnie imagine le pire et envisage le dépôt de bilan. Les recettes couvrent 20 % des frais. «  Nous avons fait le choix de garder des tarifs abordables  », explique l’équipe qui reconnaît «  des erreurs de communication.  » En créant une Z(T)AD pour Zone théâtrale à défendre, elle entend se battre pour que le théâtre «  garde son âme.  »

La Région et le Département n’ont pas répondu à nos sollicitations pour le moment.

La compagnie a envoyé une lettre à Martine Aubry, maire de Lille :

La ville n’a pas l’intention de lui couper les vivres

Seule la ville de Lille a pour le moment répondu à nos sollicitations sur les difficultés que traversent le théâtre de la Verrière. Troisième financeur, dans l’ordre d’importance et des prérogatives, la ville participe à hauteur de 62 000 euros au fonctionnement de la structure qui n’est plus subventionnée par l’État depuis 2017. «  La subvention municipale est bien inscrite au budget de la commune et la moitié de la somme sera soumise au vote le 6 avril  » rassure la mairie qui insiste sur la nécessité d’un engagement collectif sur ce dossier.

Manque de visibilité

Si le vote de la subvention a été décalé, c’est en raison de l’abandon du projet de transmission, initié en 2015, entre la compagnie de la Découverte et la troupe Sputnik Theater. Une situation que la ville aurait découvert sur le tard, en fin d’année. «  Suite au nouveau projet présenté par la compagnie de la Découverte, la ville a demandé des précisions pour s’assurer de la viabilité de sa programmation.  » Une nouvelle rencontre est prévue au printemps.

_____________________________________________________________