28 Rue Alphonse Mercier 59000 LILLE - Tél: 03 20 54 96 75

Européana (une brève histoire du XXe siècle)

Création 2005

Texte : Patrik Ourednik (Editions Allia)
Traduit du tchèque par     Marianne Canavaggio
Montage et mise en espace : Dominique Sarrazin

Avec Céline Dupuis, Annick Gernez, Catherine Gilleron, Cyril Brisse, Fernand Kindt, Dominique Sarrazin

Scénographie    Ettore Marchica, Lumière et régie Guillaume Xavier, Son Marie-Jo Dupré, Administration Aline Haidon

Production Théâtre de la découverte

Ah ! Le 20ème (siècle) ! Celui-là, on l’a senti passer. Ourednik (Patrik) en dresse, haut l’humour, un bordélique inventaire. Comment a - t - on pu entasser tout ça dans un si petit siècle ? Un petit livre (rouge … sic !) en forme de râpe à Histoire(s). On s’est régalé ! On partage ?  Dominique Sarrazin

Les Américains qui ont débarqué en 1944 en Normandie étaient de vrais gaillards et mesuraient en moyenne 1m 73 et si on avait pu les ranger bout à bout plante des pieds contre crâne ils auraient mesuré 38km. »
Patrik Ourednik (Europeana)
« Qu’est – ce que la réalité historique ? La vérité littéraire ? La vérité de la mémoire ? Ce livre ne nous fournit aucune réponse, ou pire, il nous en fournit nonchalamment, une telle quantité - on croirait assister à une dernière démarque de la solderie du vingtième siècle – que cela revient au même. Cependant, il nous livre peut-être une piste, avec le thème du Bug du Millénium : si les ordinateurs avaient identifié de façon erronée l’année s’annonçant, pendant la nuit du 31 décembre 1999, cela aurait été « comme si le vingtième siècle et l’attentat sur l’héritier du trône d’Autriche n’avait jamais eu lieu. »   Editions Allia
Evidemment, vue de Saturne, un siècle humain, c’est une particule de molécule de soupir embryonnaire de pet de lièvre (le lièvre court plus vite que le lapin !). On le sait, on a fini par le savoir – mais là, quand même ! Celui – là, le 20ème siècle, chargé jusqu’à la gueule de tout ce qu’on pouvait fabriquer de pire et de plus innovant, de meilleur et de plus réac, ce genre de siècle on n’en voit qu’un tous les… je ne sais pas… 10 ou 11 siècles (si on se fie aux révolutions de Sirius*).
Le genre de siècle qui nécessite à sa suite dix générations d’historiens, d’anthropologues, de philosophes, de logiciels, sans compter les dératiseurs, éboueurs et autres techniciens de surface chargés d’en évacuer les déchets. Ce siècle – là, nous le concentrons en 151 petites pages, comme le fait Patrik Ourednik, né en Tchécoslovaquie, l’année même de « Be bop a Lula » (Gene Vincent), quel culot, quelle belle insouciance, quelle biblique innocence ! (j’allais dire quelle tchèque… !)
Et pourtant, « il » tourne ! A vol d’oiseau et de plume légère, à tire d’ailes, le bougre n’en manque pas une, il a l’œil d’aigle de l’humoriste « eastern », le bec acéré de l’écrivain qui n’en perd pas une miette.
Compendieusement** survolé, ce siècle, on le voit tout petit et très en relief. On comprendra que, m’en étant régalé, j’en veuille faire dégustation par les voies orales et ludiques du théâtre.
Avant de déguster le 21ème (j’ai comme l’impression qu’on va déguster !), il nous fallait bien ce roboratif apéritif. Allez, le 20ème siècle est mort ! Vivent les autres… et quelque jour, sur Saturne !
* Il y a des dictionnaires !
** Il y a des dictionnaires !!    Dominique Sarrazin
« En 1989, un politologue américain inventa une théorie de la fin de l’histoire selon laquelle l’histoire avait pris fin puisque la science moderne et les nouveaux moyens de communication permettaient à tous de vivre dans le confort et que le confort universel était une garantie de démocratie et non l’inverse comme l’avaient cru jadis les rationalistes et les humanistes. Et que le citoyen était en fait un consommateur et le consommateur était en fait un citoyen et que toutes les formes de société tendaient vers une démocratie libérale laquelle conduirait à son tour à la disparition de toutes les formes autoritaires de gouvernement et à la liberté politique et économique et à l’égalité et à un âge nouveau de l’histoire de l’humanité et alors l’histoire n’aurait plus de raison d’être. Mais beaucoup de gens ne connaissaient pas cette théorie et continuaient à faire de l’histoire comme si de rien n’était. »
Patrik Ourednik (Europeana)
L’auteur
Patrik Ourednik est né en 1957 à Prague. Il s’est exilé en 1984 en France, où il vit depuis. Il est l’auteur de dictionnaires, d’essais, récits, recueils de poésies, et par ailleurs traducteur en tchèque de Rabelais, Jarry, Queneau, Beckett, Simon ou Michaux. Europeana son premier livre traduit en français, a été élu « livre de l’année »  en République Tchèque et a été traduit depuis en une dizaine de langues.
Lecture – spectacle du Théâtre de la découverte. Durée 1 heure.